Conseils

a-quel-age-vendre-en-viager

La question est d'autant plus pertinente qu'au seuil n'est imposé par la loi.

D’ailleurs, de plus en plus de jeunes seniors se lancent pour éponger des dettes ou aider leur famille. Le moment idéal se situe entre 75 et 85 ans. En effet, avant cette tranche d’âge, la rente est modeste. A cet aspect financier s’ajoute la difficulté de trouver l’acquéreur prêt à verser une rente viagère pendant plusieurs années. Après ces âges, le bouquet, comme la rente, risque d’atteindre des sommets dissuasifs à l’investissement. L’autre indicateur qu’il faut tenir compte est l’état de santé du candidat au viager. Il ne faut pas attendre d’avoir perdu ses facultés sensorielles et cognitives pour s’intéresser au viager.

L'acquéreur (débirentier) fait un pari sur le temps. Les statistiques sur le viager indiquent un délai moyen de 8 ans. En effet, il sera définitivement propriétaire de l’habitation lorsque le crédirentier décédera, en attendant ce dernier bénéficie de l’usufruit et d’un droit d’occupation des lieux.

En conclusion, le bon âge pour vendre en viager se situe entre 75 et 85 ans car après cet âge, le bouquet comme la rente viagère atteignent de tels montants que le risque n’est pas acceptable pour l’acquéreur, le débirentier, qui peut avoir à payer beaucoup plus que ce que l’espérance de vie laisser supposer.

STRATEGIE EN VIAGER

La motivation première pour une personne âgée, souvent une veuve, est de demeurer dans son logement tout en percevant un complément de retraite à vie, sous forme d’une rente. L’intérêt du viager est qu’il répond en même temps à toutes sortes de stratégies patrimoniales. Loin de la conception traditionnelle qui est un outil dédié aux personnes sans hérités directs ou brouillées avec leurs enfants, le viager offrant alors l’opportunité idéale de vider en toute légalité la succession, il devient de plus en plus un outil d’aide entre les générations. Par exemple avec la transmission du bouquet (capital remis comptant au vendeur à la signature du contrat), quand il ne sert pas à protéger le conjoint survivant en prévoyant la réversibilité de la rente viagère, en général à 100%, pour compenser la réversion insuffisante, et par la même, le faire bénéficier de l’exonération des droits de succession sur la valeur de la réversion de la rente (art. 793-1, 5° du code général des impôts)

SUPPRIMER L’ALEA

Pour contourner la notion d’aléa inhérente à la vente en viager, il y a la solution de la vente à terme ou vente avec paiement échelonné. C’est un contrat en vertu duquel une personne achète un bien immobilier moyennant le versement de mensualités jusqu’à un terme fixé à l’avance. De la même manière qu’un viager, cette vente peut être libre ou occupé. Mais les avantages pour l’acheteur sont d’étaler le paiement et de connaître à l’avance la durée de versement des mensualités. Si le vendeur décède prématurément, l’acquéreur devra poursuivre le paiement des mensualités aux héritiers jusqu’à l’arrivée du terme. Si c’est l’acquéreur qui décède avant d’avoir réglé la totalité du prix, ses ayants droits devront en poursuivre le paiement. Attention avant de se lancer dans ce type de vente, il convient s’utiliser le simulateur, calculer une vente à terme, afin de trouver le bon équilibre entre les parties.

Conseils pour gérer votre viager

  • Ne surestimez pas la valeur de votre bien

  • Ne soyez pas trop gourmand sur le bouquet

  • Regardez régulièrement le nombre de vues de votre annonce en vous connectant à votre compte

  • Ajustez votre annonce en fonction du nombre de contacts grâce au simulateur :

  • N’hésitez pas à envoyer un message au site pour avoir des conseils

  • Soyez patient !

 

Pour vous aider, outils de simulation :

 

PRÊT VIAGER HYPOTHÉCAIRE: LA SOLUTION DE SECOURS

Prêt viager hypothécaire: la solution de secours pour un financement