Viager Pratique

profil de l'acheteur en viager

Quel est le profil du débirentier (acquéreur) et les vrais chiffres du viager en Ile-de-France

Profil de l'acquéreur :

L’achat en viager est un investissement qui permet la constitution d’un patrimoine immobilier. Si l’acheteur (débirentier) dispose d’un apport mesuré (30 à 40% de l’estimation du montant estimé d’acquisition), il peut ensuite grâce au viager étaler sa dépense sur plusieurs années, comme c’est le cas pour un emprunt immobilier. La rente viagère s’apparente en quelque sorte à un « crédit » octroyé par le vendeur (crédirentier).

 

Chiffres du viager en Ile-de-France :

Acheter en viager, c’est avoir la volonté de s’engager sur un placement à long terme et spéculer sur l’évolution de la valeur du bien en évitant de miser sur un logement qui risquerait de perdre de la valeur.

Acheteur et vendeur. L’étude donne de nombreux chiffres sur le viager. Paris rassemble 45% des ventes en viager, 30% se situant en petite couronne (92, 93, 94) et 25% en grande couronne (77, 78, 91, 95). 80% des vendeurs sont des personnes seules (68% de femmes, 32% d’hommes), ils ont en moyenne 78 ans. Les acquéreurs ont en moyenne 48 ans. Dans 86% des cas, le crédit rentier reste dans le logement (viager occupé), le viager libre ne comptant que pour 14% des ventes. 76% des biens sont des appartements, pour l’essentiel des deux pièces parisiens. Les maisons, le plus souvent situées en petite et en grande couronne, comptent pour 24% des transactions.

Bouquet et rente viagère. « Sur l’ensemble de la région, la rente viagère permet d’obtenir un revenu complémentaire mensuel de 1.400 € pour les appartements et de 1.040 € pour les maisons », signale l’étude. Plus précisément, la rente atteint 1.580 € par mois à Paris (bouquet moyen à 124.300 €), 1.160 € par mois pour les appartements en petite et grande couronne (bouquet moyen à 56.500 €), 1.040 € par mois pour les maisons toujours en petite et en grande couronne (bouquet à 65.000 €).

Avantages et inconvénients du viager. Les notaires pointent la difficulté à trouver un acheteur : « il doit disposer d’un capital à investir et être capable d’assumer une rente à un horizon inconnu et sans connaître la date à laquelle il pourra prendre possession du logement. » En fait, c’est la nature même du viager, le pari sur l’avenir, qui définissent ses limites. « La vente avantagera soit le vendeur s’il bénéficie d’une durée de vie supérieure à la moyenne, soit l’acheteur si le vendeur décède prématurément », résument les notaires franciliens. Le film de Pierre Tchernia Le Viager ou les tribulations du notaire qui avait acheté le logement de Jeanne Calment sur ce principe sont encore dans toutes les mémoires.

 

 

 

Comment est fixé le prix d'un viager

Le prix est évalué aux prix du marché...