Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Le viager immobilier, un patrimoine profitable

Le viager immobilier, un patrimoine qui rapporte ! 

En choisissant le viager, on peut profiter de son logement tout en percevant une rente viagère mensuelle jusqu’à la fin de ses jours. Une solution qui peut s’avérer être un bon moyen pour maintenir ou augmenter son niveau de vie. Le principe du viager est vraiment très simple : vous cédez la propriété de votre logement en contrepartie d’une somme d’argent (le bouquet) et d’une rente viagère mensuelle versée jusqu’à votre dernier jour. Leur montant est variable et dépend de la localisation et de la superficie du bien, du nombre d’occupants (personne seule ou couple) et de leur âge… mais attention, un vendeur âgé de moins de 70 ans aura généralement peu de chances de trouver rapidement un acheteur. À l’inverse, plus l’on avance en âge, plus les vendeurs seront prêts à bourse délier.

 

Rester ou partir ?

La question mérite d’être posée car le principal avantage du dispositif, c’est le choix. Vous pouvez opter pour le « viager occupé » et rester dans votre logement tout en percevant votre rente viagère. Ou bien décider de le quitter, c’est-à-dire de céder votre bien en « viager libre ». Dans ce dernier cas, puisque l’acheteur peut disposer du logement à son gré, les montants du bouquet et de la rente augmentent ! Une solution intéressante si vous possédez une résidence secondaire où vous installer ou si vous devez aménager dans une maison de retraite.

Le viager : une bonne affaire fiscale

Autre bonne surprise du viager, les rentes que vous percevez ne sont imposées à l’impôt sur le revenu qu’après un abattement qui dépend de l’âge auquel vous aurez perçu votre première échéance. Ainsi la fraction taxable des rentes sera de :

  • 70% si vous êtes âgé de moins de 50 ans
  • 50% si vous êtes âgé de 50 à 59 ans
  • 40% si vous êtes âgé de 60 à 69 ans
  • 30% si vous êtes âgé de plus de 69 ans.

Concernant la vente du logement en elle-même, la fiscalité commune s’applique : exonération d’impôt si le logement constitue votre résidence principale et régime des plus-values immobilières pour une résidence secondaire, locative ou un logement vacant.

Une vente sécurisée

Le cédant (appelé le débirentier) n’a pas à se soucier de la solvabilité de son acheteur (le crédirentier). Car en cas de défaut de paiement, le premier peut faire annuler la vente et retrouver l’entière propriété de son bien sans verser d’indemnités. Pareil en cas de décès de l’acheteur ce sera à ses héritiers de poursuivre le paiement de la rente.

 

Outils de simulation :

1 - viager occupé

2 - viager libre