La question est d’autant plus pertinente qu’aucun seuil n’est imposé par la loi. D’ailleurs, de plus en plus de jeunes seniors se lancent pour
La motivation première pour une personne âgée, souvent une veuve, est de demeurer dans son logement tout en percevant un complément de
Pour contourner la notion d’aléa inhérente à la vente en viager , il y a la solution de la vente à terme (ou vente avec paiement échelonné). C’est
LE VIAGER, la solution à tous les problèmes

LE VIAGER, la solution à tous les problèmes de Marc FIORENTINO 

Je vais vous faire une confidence : j'ai une conviction profonde depuis quelques années, avec un raisonnement qui paraît imparable, et pourtant rien ne se passe. La raison de mon trouble ? Le viager. Le viager me paraît être la solution à tous les problèmes de la France, ou presque.

Une immense partie du patrimoine immobilier des ménages est en effet « stérilisée » économiquement : elle appartient à des seniors qui, en plus, ont un besoin croissant de revenus du fait de la baisse des taux de rémunération de leur épargne et de la baisse de leurs retraites. La solution pour les seniors propriétaires semble donc évidente : mettre leur résidence principale en viager et toucher une rente viagère en plus d'un bouquet, capital versé à la signature du deal. Pour l'économie française dans son ensemble, cette injection de cash provoquerait un formidable boom de la consommation, et donc de la croissance. Seulement voilà, le viager ne décolle pas. Le nombre de transactions reste très confidentiel. Peu de seniors mettent leurs biens en viager, probablement encore traumatisés par la prestation de Michel Serrault dans le film de Pierre Tchernia. Peu d'investisseurs s'y intéressent, malgré l'apparition de fonds mutualisés spécialisés. Le gouvernement devrait se pencher sur ce sujet à plusieurs centaines de milliards d'euros, et réfléchir à un moyen de booster cette solution miracle qu'est le viager en créant, peut-être, une incitation fiscale, carotte suprême pour tous les placements-vedettes en France.

 

Source :  CHALLENGES N °483 - 23 JUIN 2016  Marc FIORENTINO