Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Lucette Destouches pourra payer ses dettes et finir ses jours dans le pavillon Second Empire décati où elle habite depuis 67 ans.

C’est en effet en 1951 qu’elle s’installa avec Céline dans ce pavillon Second Empire au 25 bis route des Gardes, en lisière de la forêt. Décédé à Meudon le 1 juillet 1961, à 67 ans, Céline est enterré au cimetière des Longs Réages de la commune. Le moment venu, sa veuve reposera auprès de lui. Et comme on ne peut tout prévoir, elle a fait graver: "Lucie Destouches née Almansor 1912-19.."… 
En 1935, Lucette Almansor avait rencontré Céline encore tout auréolé du succès de "Voyage au bout de la nuit", prix Renaudot 1932. Ils s’étaient mariés en 1943. Ensemble, ils connurent la fuite à Sigmarigen, l’exil au Danemark avec le chat Bébert dans la musette puis l‘amnistie et le retour en France en 1951, ainsi que l’installation à Meudon. Céline y exerçait sa profession de médecin pendant que Lucette donnait des cours de danse classique. 
Il y quelques mois, aux Éditions Taillandier paraissait "Madame Céline" de David Alliot, grand spécialiste de l’écrivain.

Lucette Destouches pourra mourir chez elle, à Meudon-la-Forêt (Hauts-de-Seine), dans la maison qu'elle a habitée depuis 1951 avec Louis-Ferdinand Céline, puis seule depuis sa mort en 1961. La veuve de l'écrivain, née Lucie Almansor, qui a fêté son 106e anniversaire le 20 juillet, était criblée de dettes : elle a dû vendre son bien en viager. Aucune institution (municipalité, département, Drac...) n'ayant souhaité préempter la demeure, c'est un voisin, déjà propriétaire d'un des trois autres pavillons du lotissement meudonnais de la route des Gardes, qui l'a achetée. Son souci était de « préserver sa tranquillité », comme l'explique Me François Gibault, l'exécuteur testamentaire de l'auteur de Voyage au bout de la nuit.

Le pavillon Second Empire, passablement décati, ne devrait donc pas se transformer un jour en musée Céline. D'autant qu'il ne reste rien à montrer, ni objets ni souvenirs de l'écrivain, après les ravages causés par deux incendies. Une manière aussi d'éviter que le lieu ne devienne un but de pèlerinage pour des admirateurs du pamphlétaire antisémite de Bagatelles pour un massacre ou Les Beaux Draps.

Une tombe au cimetière de Meudon

Le bouquet (partie versée au comptant) et la rente viagère dont bénéficie désormais madame Destouches vont lui permettre de payer les trois personnes qui se relaient auprès d'elle. À cause d'une dette fiscale et d'impayés à l'Urssaf, la centenaire ne percevait plus sa pension de veuve. Au cimetière de Meudon, on peut voir la tombe de Louis-Fedinand Céline, docteur L. F. Destouches. En dessous est gravé celui de « Lucie Destouches née Almansor : 1912-19.. ». Il faudra penser à corriger les deux premiers chiffres...